dimanche 6 mars 2005

Mon incontournable

Prince-Arthur (Francine Ruel)

Du haut de mon tabouret
J’ai le cœur aux aguets
Je me perds de vue dans le brouillard
Je me sens perdue au fond du bar
Mes désirs blafards allument
Leurs phares à tout hasard
Dans la fumée bleutée des cendriers
Vous savez moi, parfois, je bois

Prince-Arthur, Prince Armand, Prince Charmant
C’est un bar, un sourire, c’est pour s’offrir
La chaleur et l’espoir quand vient le soir
Prince-Arthur, Prince Jean, Prince du Vent
Ils s’en viennent, ils s’en vont
Parfois c’est bon
C’est ma vie en suspens
L’amour en passant

L’alcool qu’on verse, qu’on renverse
Mots inutiles qu’on déverse
Tu peux me faire croire ce que tu veux
J’ai besoin de savoir qu’on peut être deux
Phrases inachevées noyées
Dans des verres de bière déserts
J’vais m’refaire une beauté
En poudre blanche
Ma vie étanche à respirer

Du ventre des hauts-parleurs
La musique enterre la peur
De se r’retrouver seul, tout seul, trop seul
La nuit se fait pâle, c’est le last Call
Les désirs perdus se cherchent
Dans la rue se prostituent
On f’ra semblant d’s’aimer les yeux fermés
Viens dans mon lit, juste pour une nuit

2 Comments:

Blogger Roberto Iza Valdes said...

Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blogue.

10:34 p.m.  
Blogger Roberto Iza Valdes said...

Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

9:00 p.m.  

Publier un commentaire

<< Tu reviens, dis ?