mardi 8 mars 2005

Poussière

Tu peux étreindre le crépuscule
Me trouver dans tes mers d’horizon
Et te perdre dans mes dunes enflammées

Tu peux inonder les monts blancs
Me vaguer dans tes vents ensablés
Et égarer tes tempêtes de nuit

Tu peux jouir du temps de mon Sud
Me traverser dans l’orage des sens
Et t’éteindre à l’aube de ma peau

La lune se déhanche
Saoule la, saoule moi

2 Comments:

Anonymous Judith said...

Très beau.

5:58 p.m.  
Blogger MARGUERITE ROSE said...

C'est très gentil Judith, merci !

1:58 p.m.  

Publier un commentaire

<< Tu reviens, dis ?